Un projet culturel pour le 37bis

Les enjeux d’un tel lieu sont à la fois d’ordre patrimonial, social et culturel.

Enjeu patrimonial :

L’inscription à I’inventaire supplémentaire des monuments historiques, assure une relative protection du bâti, de la topologie des cours, sans pour autant protéger les activités. Les ouvriers et les artisans du bois ont construit ces bâtiments en fonction de leurs besoins et leurs successeurs se réclament du même esprit : sans pérennité des activités, rien ne subsisterait de l’intérêt patrimonial des lieux, vidés alors de toute signification.


Enjeu social :

Les métiers traditionnels du bois et les activités artistiques génèrent de l’emploi, de la formation et des productions de haute qualité. La majorité des artisans emploie des salariés et des apprentis ou donne des cours, d’autres animent des ateliers pour enfants et adultes, accueillent des stagiaires. Les artisans et les artistes travaillent au service de grands projets, de prestigieux clients ou de grandes manifestations artistiques. Ils participent à la vie économique sociale du quartier. Pousser les artisans et les artistes dehors c’est faire mourir l’esprit de ce quartier populaire.


Enjeu culturel :

En France, des villes, des municipalités, réhabilitent des lieux pour "recréer du lien social" ou pour développer des activités artistiques et artisanales dans le but de protéger les qualités vitales qu’elles engendrent et de "préserver le tissu urbain". Au 37bis, cela existe déjà et ne demande qu’à s’épanouir d’avantage.


Dans ces conditions, ce qui existe déjà au 37 bis pourra se développer sous la forme d’un projet socioculturel réaliste et applicable.




Le 37bis, un lieu de production et de promotion :

L’ensemble des ateliers est un creuset de production d’oeuvres et de savoirs faire que nous portons à la connaissance des concitoyens en organisant notamment un calendrier de manifestations : portes ouvertes, Journées du Patrimoine, Fête de la Trôle, Nuit Blanche et autres manifestations d’art contemporain etc...




Le 37 bis, un pôle culturel

Forte du souhait clairement énoncé par le Maire de Paris et le Maire du 11ème, I’A.C.l., Association Ateliers Cours de l’lndustrie, se propose d établir, par ce texte, les fondements d’un projet culturel dont la mission devrait se développer sur deux axes majeurs : transmettre les savoirs et ouvrir le 37 bis.


La transmission du savoir :

La tradition voulait que la transmission du savoir s’opère au coeur de I’atelier, dans ce monde clos où les recettes, les "secrets " étaient jalousement gardés. L’industrialisation, dans tous les domaines, a souvent sectionné cette chaîne de passation, et le savoir des "anciens’" s’est évanoui arec la dévalorisation du travail manuel. La société contemporaine a conscience de cette perte et du vide qu’a laissé ce temps du déclin de I’artisanat sous la puissance du monde économique.

Un des rôles important de nos métiers est de transmettre aux plus jeunes, au début de leur carrière et à ceux qui désirent se reconvertir, les techniques et les pratiques spécifiques à chaque spécialité dans le monde professionnel.




La diversité des métiers

La diversité des métiers représentés au 37 bis est éminente : Laqueur, sculpteurs sur bois, sur pierre, sur marbre, menuisiers, ébénistes, créateur de meubles contemporains, restaurateur de meubles, peintres en décors de théâtre, peintres, plasticiens, relieur main, restauration de livres anciens, potiers, céramistes, céramistes d’art, mouleur, vernisseurs au pistolet, vernisseurs au tampon, sculpteurs ornemanistes, sculpteur restaurateur de monuments historiques, doreur, photographe, relieuse, imprimeur, typographe, sérigraphe, taille-doucier, graphistes, illustrateurs, infographistes, graveur, photographe de mode, cinéma d’animation, scénographes, bureau d’étude, école de musique, tapissière d’ameublement, dessinatrice de mode.......


Cette diversité des métiers fait du 37 bis un centre de savoirs, incomparable par sa densité, au coeur du Faubourg Saint-Antoine. Cette concentration géographique sur les 4000 m2 de cours rend effectif les échanges entre artisans et artistes. Une relation de proximité, qui s’est tissée lentement et "naturellement" par la parole et le geste, permet aux techniques anciennes de perdurer et de se fondre aux créations contemporaines.

La plupart des écoles ont inclus dans leur cursus des stages obligatoires de formation. Cette pratique existe déjà dans plusieurs ateliers, notamment par l’accueil d’apprentis et de stagiaires et pourrait se développer plus largement.




Ouvrir le 37 bis :

Construit en 1855, cet ensemble a gardé de génération en génération sa dynamique. Les artisans du bois présents depuis la création des cours côtoient maintenant d’autres spécialités que nous avons nommées plus haut. Le potentiel et les capacités de ce lieu historique pourrait mieux être mis en valeur. Les cours elles-mêmes, parties communes, présentent un cadre exceptionnel pour les manifestations les plus diverses.




Quelques pistes pour renforcer les activités et animations des cours :


-  Ouverture au public : visite des ateliers, portes ouvertes, etc..,
-  Partenariat avec des écoles concernées (Boule, etc..) : stages de fin de cycle, démonstration s et application techniques, etc..
-  Animations ponctuelles liées à la vie du quartier : fête du patrimoine, de la musique,Trôle, etc...
-  Interventions d’artistes in situ
-  Résidences d’artistes et d’artisans.
-  Expositions
-  Colloques
-  Concerts et projections de cinéma en plein air.



Les autres informations de la rubrique "objectifs" :

La charte du 37bis

Article 1 Le 37 bis est et restera un site de production et de création, un lieu de travail constitué d’ateliers d’artisans et d’artistes. Article 2 La diversité des activités existant au 37 bis est éminente et doit le rester. (...)

De nouveaux objectifs

Après plusieurs années de lutte intense, le lieu a finalement été racheté par la Ville de Paris en 2004. Depuis, l’ACI, qui représente la majorité des ateliers, souhaite être présente pour discuter des projets de réhabilitation du lieu et des futurs (...)

L’avenir du 37bis

L’échange est le mot fondateur de l’esprit du 37 bis.

Ici, chacun a appris à connaître les réalisations des autres et cela a permis de tisser un réseau de communication, d’échanges et de travail. De plus, beaucoup d’entre nous enseignent leur discipline intra-muros ou à l’extérieur et (...)