Origine de la Trôle

Chaque année, fin Mai/début Juin le 37bis fête la Trôle...

La Trôle apparaît à Paris dans la même période que la création des cours de l’industrie soit vers 1850. Venant du latin populaire tragulare, trôler était un terme de vénerie pour chercher la trace du cerf au hasard en parcourrant la nature. Transposé dans les faubourgs, il indique bien l’opposition au sédentaire, à la boutique, c’est dehors dans la rue, qu’on cherche le chaland, ainsi par extension une trôleuse était une prostituée. De même, l’ébéniste tombé dans la débine promenait ses meubles sur une charrette, de-ci, de-là. Il faut rappeler que l’embauche était à la journée et que la crise sociale était rude. Mais la Trôle était aussi un espace de liberté ou on pouvait produire et vendre en dehors de toutes réglementations et sans patente. Elle était centrée principalement au carrefour Ledru-Rollin et le Faubourg St Antoine, place très importante entre la rue moyenâgeuse et la nouvelle avenue hausmanienne, en particulier sous la statue d’Alphonse Baudin. Ce héros du Faubourg aurait dit avant d’être tué sur une barricade : »Vous allez voir, Citoyens, comment on meurt pour 25 francs ».Sa statue sera récupérée pour son bronze par les allemands à la guerre de 1940. Sorte de « marché aux puces « avant l’heure, la Trôle avait lieu régulièrement le samedi . les meubles réalisés pour elle, dans un coin d’atelier en dehors des heures avec la tolérance du patron, ou tout autre endroit possible, étaient donc plutôt petits souvent par paire ou par six, surtout des guéridons, des commodes, des bonheur-du-jour selon la mode du moment. Après la guerre de 14, le marché est surtout professionnel et se passe au café ou celui-ci, infect, est accompagné de crème ou d’un petit blanc. L’artisan » libre » y rencontre le marchand sans boutique et après visite des meubles sur la charrette et âpres discussions sur la vente, la livraison est en étages. Quand on connaît les escaliers tortueux de ce quartier, ce n’était pas une partie de plaisir et l’artisan était heureux si il pouvait en retirer les trois quart du prix, mais il faut bien l’avouer le bois n’était pas toujours de la meilleure qualité. La Trôle va perdurer à peu près jusqu’au Front Populaire, mais petit à petit la concurrence provinciale ou étrangère va jouer et les marchands se désintéressèrent des meubles produits en fond de cours. Aujourd’hui on peut retrouver un peu de cette tradition dans certains Marchés aux Puces, véritable héritage de la Trôle.



Les autres informations de la rubrique "le lieu et son histoire" :

inauguration du 37bis rénové

le 24 février 2017

Après six longues années de travaux, le 37bis est redevenu un lieu de travail pour les artistes et artisans... L’inauguration a été annoncée par un article du Parisien

Inauguration de la deuxième et de la troisième cour

17 juin 2015

de gauche à droite : Laurence Raverdeau, Tapissière et Présidente de l’ACI, Liliane Capelle, Adjointe au Maire du 11ème, Bruno Julliard, Premier Adjoint à la Mairie de Paris, Joëlle Morel, Présidente de la SEMAEST, François Vauglin, Maire du 11ème, Patrick (...)

Deuxième cour avant/après

La première image date de 2005, la dernière de début juin 2015. Entre les deux : les travaux.

les travaux en mai 2015 : cour par cour

3ème cour

Mai 2015 : la troisième cour est presque terminée (et la seconde le sera dans quelques temps). Le pavage, magistralement réalisé par des paveurs hors pair, apporte la touche finale à l’ensemble, restauré par Demathieu&Bard. Le bâtiment en briques (...)

MAI 2015 : toujours en travaux !

En 2015 les travaux ont progressé, après la valse des ateliers-tiroirs, certains d’entre nous ont enfin intégré leur atelier rénové. La troisième cour est presque terminée, la deuxième le sera dans quelques mois, mais la première est toujours en lourd (...)

25/07/2011 : début des travaux

Les travaux ont réellement débuté au 37bis par la clôture du chantier qui limitera la circulation dans les cours. Plus de détails sur le site de la SEMAEST

"Ils, elles, sont le 37 bis", un film de Luc Barrovecchio

artistes et artisans du 37bis répondent aux questions du réalisateur

Ce projet a été mené de février à juillet 2011 dans le cadre d’une résidence artistique à AtelierBIS. Les témoignages recueillis ont permis de réaliser les 17 chapitres du film. lien vers le film sur le site de Luc (...)

Localisation

Dans le 11ème arrondissement de Paris,entre la place de la Nation et celle de la Bastille, la Cour de l’Industrie se trouve 37 bis rue de Montreuil. On peut y accéder de diverses façons : par le métro - en descendant aux stations Faidherbe (...)

Marcel Fauvin

Il nous a quitté un samedi d’Octobre 2008. C’était un des grands anciens de la cour et son amitié, son humour et sa bienveillance vont nous manquer. "Marcel est né en 1934, second d’une famille de quatre enfants. Il a grandi à (...)

Un lieu chargé d’histoire...

Les artisans du bois du Faubourg Saint-Antoine formaient originellement la population du 37 bis, alors véritable village dans la ville. Les plus anciens racontent la communauté réelle des débuts alors que seuls les artisans exerçaient, que les cours (...)

HISTORIQUE DES COURS DE L’INDUSTRIE

Extrait d’une étude effectuée par le musée des arts et traditions populaires

1673 Les cours de l’industrie se sont implantées sur des terrains qui, au XVIIe siècle, faisaient partie du parc de la Folie Titon, pavillon de plaisance construit pour le directeur général des manufactureset magasins royaux d’armes, (...)

Préambule aux déambulations dans les cours

Dans les années 60, devant le 37bis, rue de Montreuil, plusieurs personnes m’avaient affirmé que c’étaient là, les anciennes écuries des mousquetaires du roi. A l’âge où la lecture d’Alexandre Dumas éclaire l’imagination, je (...)

Françoise Badiou, sculpteur

Françoise aura été beaucoup de choses dans sa vie : mathématicienne, pianiste, psychanalyste....Ici, nous la connaissions sculpteur. Elle a aussi passé beaucoup de temps pour sauvegarder le lieu, et nous lui en sommes infiniment reconnaissants. (...)